Sylvie VARTAN

Sylvie VARTAN

Rythmée par la passion, l’histoire de Sylvie Vartan est aussi haute en couleurs qu’en émotions. De ses tendres années, entre la Bulgarie et Paris, jusqu’à ses innombrables voyages, de Tokyo à Los Angeles, en passant par Rome, Rio ou Montréal ; de ses sixties désormais cultes à la sérénité de ses années 2000, sa vie entière a été marquée d’évènements forts. 

Née en Bulgarie, Sylvie fuit avec sa famille la dictature stalinienne imposée à son pays pour trouver refuge en France. En 1961, alors qu’elle n’est qu’une lycéenne rêvant de devenir actrice, elle devient à 16 ans et demi, la collégienne du twist. En quelques chansons et de nombreux passages sur scène déjà, sa popularité explose et elle devient l’icône et l’ambassadrice de toute une génération de teenagers. Au long des années, elle va diriger sa carrière avec toujours plus de créativité et de modernité. Après avoir régné sur l’Olympia durant toutes les années 1960, imposant des shows de plus en plus importants, elle se décide, dans les années 1970, à investir le Palais des Congrès puis le Palais des Sports, pour de spectaculaires revues pop qui lui ouvrent les portes de l’Amérique à la demande du fameux MGM Grand de Las Vegas. Cette série de concerts se continuera à Los Angeles , Atlantic City et New York.

Après la chute du mur de Berlin en 1990, elle retourne en Bulgarie à la recherche de ses racines et donne à Sofia un concert bouleversant qui restera dans les mémoires. De retour à Paris, elle décide avec son frère Eddie, de créer l’association Sylvie Vartan pour la Bulgarie qui s’occupera dès lors avec énergie d’aider les enfants en difficulté de ce pays qui est le sien. C’est au même moment que son rêve de petite fille se concrétise réellement. Le réalisateur Jean-Claude Brisseau lui offre un rôle sur mesure dans l’Ange Noir. Sa performance est saluée avec enthousiasme par les mythiques Cahiers du cinéma qui lui offrent leur couverture et par le journal Libération. Sylvie clôt les années 1990 avec de grands shows qui enregistrent un audimat historique à la télévision française. 

En 2004, son autobiographie, Entre l’ombre et la lumière, se classe en tête des ventes durant plusieurs semaines et devient un best-seller. La même année, le musée Galliera de Paris organise une magnifique exposition de ses robes de scène et de quelques-unes de ses tenues à la ville, toutes signées des plus grands couturiers. C’est un nouveau succès durant plus de quatre mois. Elle remplit au même moment pour un nouveau show le Palais des Congrès qu’elle avait quitté vingt ans plus tôt, puis continue sa route dans des salles dans lesquelles elle n’avait pas encore chanté, comme le théâtre du Chatelet et la salle Pleyel où elle fête ses cinquante ans de scène avec l’orchestre symphonique de Sofia. 

Mariée à Tony Scotti, Sylvie Vartan est mère de deux enfants, David Hallyday, auteur compositeur interprète et Darina aujourd’hui âgée de 17 ans. 

On estime qu’elle a vendu plus de 40 millions de disques en France comme à l’étranger. Elle est également la chanteuse française à avoir réuni le plus grand nombre de spectateurs sur scène. Sa photogénie fut tellement appréciée des grands photographes mais aussi des magazines de mode qu’elle totalise plus de 2000 couvertures de presse dans le monde. Un record, toutes stars confondues. Déclarée icône définitive des sixties, elle n’en est pas moins toujours aussi présente auprès d’une nouvelle génération qu’elle s’apprête à séduire à la rentrée 2015  au théâtre des Variétés dans la nouvelle pièce d’Isabelle Mergault mise en scène par Christophe Duthuron.